Mon Paris...

P'tit bout d'amour,
Sirop d'ma rue,
Mon coeur est gourd,
Quand j'te vis plus.

mercredi 20 mars 2013

Adieu, ma douce France,







Pour Dame "Jolie Fleur", 


Quand votre coeur m’est douce geôle,


C’estoit un temps passé où la langue éstoit mots, 
Expressions et images, au sens le plus finot*, 
Bien avant Gütemberg, où en sincère transe,
Des garces autres des gars parlaient hors toute offense. 


C’estoit l’amour flores, sincérité bien pure,
Que nenni mots châtiés , une passion sûre, 
Dont on vivait partage, nu, en douce campagne, 
 Où hommage et respect célébraient la Compagne.


C’estoit le bonheur simple en douce communion, 
Où l’on ne cherchait point le compter de l’union,
Et si, s’agenouillant, on parlait galamment, 
C’estoit en toute foi et le coeur bien vaillant. 


Bien sûr, il arrivoit  qu’avec outrecuidance, 
Un vilain, pour seul jouir, joua de l’arrogance. 
Mais les temps estoient  rares à sembler troubadour  
Pour le seul abuser de Dame à bel atour. 


Mais tout cela, c’estoit...


Ces temps lors ne sont plus, et quand bien l’on s’exprime, 
Il est fort peu de temps pour que l’illégitime 
Ne vous soit reproché, que vite l’on vous taxe, 
D’un bien vil calcul au nom de la syntaxe.  


Je suis de ces preux fols dont le coeur est exsangue, 
Et jamais mon phrasé n’a le trait de l’harangue, 
Tant j’aimois, Oh Madame, du pur votre beauté,
Qu’il me sied à orner de ce seul verbe aimer.


Le vingt quatrième de février 2013, ev





* finot : rusé, malicieux, fin

44 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ce poème nostalgique des amours d'antan romantiques et galants. J'admire ta façon d'écrire en vieux français. Tes vers chantent. Bravo. J'ai reçu ton livre de poème hier. Je le garde pour le lire quand je serais moins préoccupée qu'en ce moment. Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, comme je sais que tu apprécies ces vieux mots, je te les ai dédiés... Préoccupée, si c'est le prochain saut, normal. Mais comme cela s'oublie vite. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Belles amours des temps révolus ! Où sont-ils les derniers troubadours ? Par bonheur, à te lire, je constate que la flamme vit toujours, la flamme éternelle.Merci de tout cela.
    Mes amitiés à vous deux
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me faut aller mettre mes chausses, ma Dulcinée m'attend... Ce soir l'hypocras soulera. Merci à Vous.

      Supprimer
  4. J'ouvre la fenêtre de mon ordi et celle de ton blog en tout premier, une bonne intuition, je commence très bien ma journée. Je suis très sensible à ce que je lis et j'entends. Je suis sous le charme et je remets ce chant pour la troisième fois en lisant tes mots ...
    Une époque que j'aime.
    Merci cher Troubadour
    Excellente journée avec ta gente Dame
    Amitiés d'Anniclick la romantick

    RépondreSupprimer
  5. Merci de tes aimables mots Damoiselle. La prochaine fois, ce sera en vieux François... François l'ancien pas l'actuel. Allez je repars courir la prairie. A bientôt. liedich.

    RépondreSupprimer
  6. Ah ça c'est du poème ! Une époque bien révolue^où les troubadours usaient du bon français ( françois ) et de la galanterie. Bonne journée poète

    RépondreSupprimer
  7. Révolu ! NON NON ET NON. Il reste un dernier.... pas des mohicans mais des chevaliers. Morbleu je vais vous occire sacrée Pucelle (à ne pas confondre avec la définition actuelle, tu verras cela une prochaine fois dans un texte en vieux François). En tout cas, j'aime que tu aimes. Sois donc couverte de compliments. Hop, je saute sur mon blanc destrier. Douce soirée.

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Liedich,

    Un très beau texte en style vieux François. Bravo car l'exercice n'est pas très facile à réaliser.

    Bonne soirée.... moyenâgeux
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pour moi salutations matinales.... Merci Laurent.

      Supprimer
  9. Me suis-je trompée d'époque? Non, il existe encore un preux chevalier des mots, pour charmer la damoiselle. Il me semble te voir sur ton beau cheval blanc, arriver chez la belle et lui réciter ton poème. C'est un bel exercice de style, bravo cher troubadour.

    RépondreSupprimer
  10. Merci Jolie Pucelette comme l'on disait aussi. Reçois mon hommage chaleureux en tes terres froides. l.

    RépondreSupprimer
  11. Un vrai régal; pendant un moment ,on est plongé dans cette époque où les galants hommes (dans tous les sens du terme) savaient parler aux dames et se mettre à leurs genoux!
    Je salue bien bas la performance : écrire en vieux françois n'est pas donné à tout le monde: je suis rassurée;il reste au moins un vrai poète en France!!
    Vi ringraziu ô pueta (je vous remercie ô poète )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non il y en a d'autres... Et puis là, ce ne sont que des tournures. La prochaine fois, Fanfan, ce sera autre chose. J'aime ce passé quand je vois le présent qui devient n'importe quoi. J'aime d'ailleurs toutes les places où la tradition existe et est respectée. Tu comprends maintenant pourquoi ton Ile. J'aime enfin ta dernière ligne. Cela sent bon la garrigue ! Douceur du soir.

      Supprimer
  12. A force de te saluer bien bas, je vais finir par avoir un lumbago : promis, je ne le ferai plus!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne t'inquiètes pas, si tu as un lumbago, je suis aussi Maître SAIGNEUR. Avec cela, on fait tout. Et puis dis donc espèce de Retraitée, j'aime que l'on me salue alors bon !!! Merci à Toi.

      Supprimer
  13. C'est avec plaisir que je reviens ce soir me plonger dans ton poème en écoutant ce chant ...
    J'apprécie cette sérénité ...
    Faut retrouver son calme après avoir fait les grands magasins :)
    Bisous Liedich

    RépondreSupprimer
  14. Ben tu m'étonnes... Et les jacasseries aussi cela fatigue. MDR. Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  15. Un petit cours de vieux français ce soir.
    Et oui fini de nos jours le romantisme, la galanterie et le respect, c'est bien dommage
    Faut pas dire adieu douce France, tu es là pour nous faire vivre ces mots que nous ne connaissions point ou peu.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  16. Et auxquels il doit être agréable de s'habituer, non ! A partir d'aujourd'hui, je ne te parlerai plus que comme cela et je te demande d'apprendre à me répondre ainsi. Ben foui ! Douce journée Miss.

    RépondreSupprimer
  17. monica et la mer23 mars 2013 à 11:53

    monsieur que ce langage me sied
    j' aurais aimé vivre au temps des troubadours
    mais je ne sais si dans la cour d' Anne de Bretagne la duchesse en sabots on parlait ainsi
    je pense que c 'est plutôt chez Aliénor d ' Aquitaine la raffinée

    *******************************************************

    ( l 'ile qui vous à plut sur la photo est vraiment une ile
    seules les marées permettent de rejoindre la terre et je pense que l' ont peut louer un gite sur cette petite terre ) mais bien sur très très
    convoitée l 'été )
    au plaisir de vous revoir sur mes terres

    RépondreSupprimer
  18. fi du texto
    je comprends mieux pourquoi tant de gentes dames succombaient
    après de telles paroles qui résisterait !

    RépondreSupprimer
  19. "Fi du texto" : ?
    Je crois qu'il existe encore beaucoup de Gentes Dames aujourd'hui comme il existe beaucoup de Chevaliers.... Quant à demain, nos Dames verront bien. Que la soirée vous soit douce. l.

    RépondreSupprimer
  20. Si je vivais au Moyen-Age, j'écouterais avec ravissement les vers galants de ce beau troubadour en sachant qu'ils ne seraient pas pour moi mais destinés à une Gente et Belle Dame, car je ne pourrais être qu'une sauvageonne qui court la forêt en pantalon !
    Douce soirée au coin du feu, Liedich !
    Blanche

    RépondreSupprimer
  21. La Sauvageonne qui court la forêt en pantalon est une Damoiselle digne du plus sincère amour. Ou alors je n'ai rien compris et me suis mal exprimé. Tu es donc redevable des mots les plus courtois Blanche. Sauf à ce que point il ne te plaise.
    La cheminée est allumée. La musique va pouvoir vivre.
    Belle soirée à Toi.

    RépondreSupprimer
  22. Bonsoir Liedich

    Belles paroles pour séduire, que ces belles dames en ont, quoiqu'il en soit souffert .D'un soupir seulement et les voilà mères , amantes, maîtresses, que sais-je, la séduction certes, mais à quel prix
    Alors de ces paroles-là , je préfère les laisser à ces dames et frotter le cul de mes casseroles !!Ce qui n'enlève rien à la beauté de tes vers ..ni même au rêve
    Bonne fin de WE

    RépondreSupprimer
  23. S'il se pouvait être un seul instant où pour tout ce que tu dis, hommage leur soit rendu, je réécrirais de tels mots. Ce qui me choque aujourd'hui, c'est bien ce que tu dis et qui existe, tu as raison de le souligner. Et quand je dis : qui existe, l'évolution actuelle de la société dans notre pays est à mon sens pire que cela. La Femme me semble perdre dans le brassage beaucoup plus que tout cela. Pardonne moi si je t'ai déplu. Voilà bien une de mes envies fréquentes de tout arrêter là. Que ta soirée soit belle. l.

    RépondreSupprimer
  24. bonjour ,je viens de regarder ton blog en lisant dans le blog de grand mère et je souris!!
    je suis gitane de part mes parents !!je marche pîeds nus ;j'habitait la region parisienne mais je suis en provence près des saintes maries que j'aime!!
    j'ai vécvu une drole de vie!!
    et je regarde ton blog
    merci ,je continue!!
    amitiés!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Quoique fut notre vie, je crois qu'il nous arrive tous à un moment ou à un autre d'en inventer une autre ne serait-ce que pour ensoleiller la nôtre d'une autre lumière.
      Alors, si mes mots te font sourire, et bien SOURIS.
      Puisses-tu garder longtemps tes pieds nus afin d'avoir le meilleur contact possible avec la Terre, notre Mère à Tous.
      Ah Solange, je la retrouve partout cette Grand Mère....
      Douceur du jour.

      Supprimer
  25. Bonjour Liedich, merci de ta rapidité à passer sur mon blog, juste avant que l'article programmé sur RIO ne se mette en route...! La page est bien là maintenant, si tu souhaites te dépayser.
    C'est un délice de te suivre dans cette nouvelle inspiration moyennageuse. Il y avait dans cette langue de la délicatesse ( et aussi du crû ne l'oublions pas)et une "courtoisie" envers l'être aimée, qui s'est bel et bien envolée, plus de détours, droit au but...hélas !
    Bon dimanche, Bises

    RépondreSupprimer
  26. Tout passe, tout case, tout lasse alors j'aime à m'enfermer dans un monde passé tant celui d'aujourd'hui ne me sied plus. Je sais ne pas être toujours assez rigoriste mais bon, mon coeur bat fort à chaque fois alors je remplace le "mot juste" par l'émotion qui me transporte. Belle journée sous un ciel triste. l.

    RépondreSupprimer
  27. Que tout cela est charmeur et joliment dit mais si tu vivais au tremps des troubadours et des chevaliers, tu n'aurais pas internet et nous ne pourrions pas profiter de tes écrits...Bises !

    RépondreSupprimer
  28. Alors je parcourrai les chemins pour passer le message.... Ben voui ! D'ailleurs, c'est ce que faisait mon Ancêtre, tu peux me croire. Je ne mens jamais. A moins que ma perte de poids se soit limitée à mes quelques neurones.
    Hi hi... Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  29. J'ai relu ton poème avec plaisir. Il chantera aujourd'hui en moi. Bises

    RépondreSupprimer
  30. Alors bonne journée et merci Jolie Fleur.....

    RépondreSupprimer
  31. monica et la mer25 mars 2013 à 10:39

    bonjour
    je reviens avec plaisir écouter la belle ballade
    et m 'imprégner de vos rimes
    bonne journée
    kénavo

    RépondreSupprimer
  32. Superbe poème que j'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deuxième réponse : merci de votre passage. Bonne soirée.

      Supprimer
  33. C'est un très beau poème... Merci, Liedich.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais de rien Dame Quichottine. A bientôt. l.

      Supprimer
  34. Salut Liedich. Oui, poète qu'Ariane aime beaucoup (elle me l'a dit et vient souvent te lire).
    Ah ! vous faites une belle paire tous les deux, écrivains, poètes, camarades (caramades...)
    Je vous souhaite une bonne journée (enfin... ce qu'il reste de la journée).
    Gigri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Point pour Nous n'est besoin de journée. Nous sommes ensemble hors du temps. Juste le besoin à l'occasion d'un mot, d'un parfum ou autre ressenti nous donner la main pour nous fondre dans l' horizon. Douce soirée Dame. l.

      Supprimer
  35. Comme le vieux français était doux à l'oreille, difficile à mettre en poème surement, mais toi tu sais le faire !
    Merci toi !
    Bisous

    RépondreSupprimer
  36. Vous êtes embrassée Jouvencelle... Le gars est à vos pieds..... Si si...

    RépondreSupprimer