Mon Paris...

P'tit bout d'amour,
Sirop d'ma rue,
Mon coeur est gourd,
Quand j'te vis plus.

dimanche 7 avril 2013

Une vie,

Bruxelles, Laermans / L’ivrogne




Une vie, 


Jeune et ivre d’espoir au bras de sa très Belle,
Il croqua dans la vie avec une ardeur telle, 
Que courant de guinguette au plus sale bistrot, 
 Il se mit, pour le fuir, à boire à son goulot. 


Ses amis de débâcle firent tinter sa vie, 
Et d’un soir au suivant, il se noya en lie :
Tandis qu’à la maison, esquisse de demain,
S’éteignit le foyer au refrain sans entrain.


Les jours se raccourcirent et embué d’alcool
Il ne sourit lors plus que face contre sol ;
Ses amis le lâchèrent quand il n’eût plus crédit
Et sa vie de pochard sombra en discrédit.   


Là, tout près des poubelles, il y avait un banc,
Où titubant le soir, il tombait sur le flanc 
Et vomissait, rotant, une  dernière gerbe
Du vin qui le tua, malgré qu’il soit en herbe. 


Là, sur le trottoir glauque, il y avait un homme,
Ivre de son non vivre et qui n’eût second tome.
Déclin de son printemps qui le mena au ciel
Dont les anges, ici-bas, restèrent plein de fiel.


Déclin de son printemps,
Il avait trente cinq ans,
Moi, j’étais son enfant. 



Le vingt troisième de mars 2013, ev

50 commentaires:

  1. Très émouvant ce souvenir de ton papa. Cela me touche beaucoup car comme tu le sais je pense à mon papa mort aussi d'avoir noyé sa peine et son mal de vivre. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils doivent se connaître.... fêtent cela ou sont devenus peut être une bouteille vidée à la hâte et jetée comme ils le firent... Qui sait. Merci.

      Supprimer
  2. Quelle tristesse, se détruire et faire autant de mal autour de soi. Et mourir si jeune. Très touchant ton poème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la tienne ma Truffe... Et merci. Sourire.

      Supprimer
  3. Très émouvant ton poème
    La vie de ton père n'a pas été vaine puisque tu es là et bien là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je suis là ! Ah oui. Bien là, oui certains jours. Merci Gazou.

      Supprimer
  4. Même si je savais déjà un peu, par d'autres textes que tu as publiés, ce poème me bouleverse profondément. La chute est comme un coup de poignard. Je ne t'en apprécie que d'autant plus, Copain, et te remercie de ta Présence.
    Mes amitiés à Vous deux
    Alain

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est dans la chute, oui. Tu as bien compris. Celle qui permet de rebondir. Merci de ta gentillesse à laquelle je ne sais pas répondre ici et maintenant. Merci Copain.

      Supprimer
  5. Je lis, j'ai rencontré des hommes en mal de vivre, et je suis très émue par tes derniers mots ...
    L'alcool, la plus dangereuse des drogues ... à mon avis. Celle qui fait souffrir la personne et son entourage.
    Des mots terribles, si bien écrits cependant ... ta façon à toi de dire les choses de la vie, de ta vie.
    A bientôt et gros bisous
    Annick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lis ta sincérité. J'aime cela. L'émotion du texte est passée, elle dort là mais ne me parle plus et j'aime cela. Je sais qu'elle reviendra. Pour l'heure, souffle de la grande plaine un souffle de chaleur. Merci.

      Supprimer
  6. Mourir à 35 ans , à cause de l'alcool, c'est terrible ! Qui peut savoir pourquoi un homme se jette dans l'alcool comme il se jetterait à l'eau pour se suicider ?
    Le pire, c'est que tout l'entourage en subit les conséquences et ce genre de souffrance ne peut s'oublier.

    Ton poème est superbe et tes mots expriment magnifiquement, ce que ton enfance a pu endurer .
    Mais finalement , aurais-tu eu ce grand talent de poète , si ta vie avait été un long fleuve tranquille ?
    je te remercie pour ce plaisir de te lire . Bonne semaine poète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une question que je me pose depuis longtemps, Fanfan. N'est ce pas à Lui que je dois l'envie de me battre pour sortir de cela depuis si longtemps ? Une certitude je n'arrive pas à juger. Pourquoi le ferai-je ? Quant à un grand talent de poète, Non. Je n'écris que des émotions. Chacun sa façon de le faire.
      Merci à Toi espèce de Retraitée. Tiens un vrai compliment (pour moi).
      Douceur du jour.

      Supprimer
    2. Tu écris des émotions... et tu sais les communiquer.
      J'ai terminé le livre que j'avais emporté avec moi dans mon ailleurs...

      Il est très fort en émotions diverses... Dois-je te dire que j'ai adoré ?

      Supprimer
    3. Bonjour, dès que j'ai un moment, je te passe un mail. Hors de ton ailleurs et du mien. Belle journée.

      Supprimer
  7. Que dire après ce magnifique poème d'une douleur incommensurable ? Rien c'est trop dur à commenter . Amitié poète

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le silence est une parole en or Joli Prénom. Merci de ton cadeau. l.

      Supprimer
  8. Une descente aux enfers exprimés avec talent, compassion et sans jugement !
    Du Liedich comme j'aime !
    Je t'embrasse toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon pas trop pourri alors le liedich.... Sincère sûr. Merci à Toi ma psycho pétée. Bisous.

      Supprimer
  9. monica et la mer9 avril 2013 à 09:01

    si bien écrit , si bien vu que l4 on voit la scéne et le ressenti dE l' enfant
    l alcool oui drogue dure , douce peut être au début
    mais la spirale est infernale
    bon mardi poéte
    ( sous la pluie qui tape aux carreaux )
    kenavo LIEDICH

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Monica, une spirale est je crois toujours infernale. De douleur ou de bien, elle endort et se finit par le réveil qui peut être la mort. Couvre toi, ta météo est mauvaise ce jour. Une photo d'un goutte de pluie me ferait bien plaisir. Belle journée.

      Supprimer
  10. Bonjour toi
    A nouveau on m'empêche de venir chez-toi, mais j'ai rusé, merde de Google et mon lien de coeur ne m'emmenais qu'en février !
    Bises mon poète

    RépondreSupprimer
  11. Nettoue : http://liedich.blogspot.fr et tu t'inscris à ma news et cela devrait marcher. Ou alors, quelqu'un touche un revenu occulte pour t'empêcher de me rendre visite. J'en parlerais à "pépère le faible" sinon....
    Bisous.

    RépondreSupprimer

  12. Salut mon poète, bonne journée pour toi ! j'ai un grand coup de ras-le bol, au point de vue mon blog, il me faut me rebooster !
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Depuis le temps que tu blogues, tu m'étonnes. Nous avons tous des trous d'air.... D'autant que tes articles sont généralement bien renseignés. Allez, un coup de pied et tu continues de nous abreuver. J'ai soif. Bisous.

    RépondreSupprimer
  14. Ce poème me fait frémir, pour des tas de raisons ! Résumé terrible d'une vie gâchée, malheureusement trop fréquent. C'est effroyablement beau sur le plan de l'écriture, Liedich.
    Bises
    (P.S. J'ai installé la news et un article)

    RépondreSupprimer
  15. Effroyable beauté, deux compliments d'un coup ! Yess. Je retourne où tu sais. Merci.

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir Liedich

    Que d'émotions dans ce poème , de frissons , d'images qui défilent empestant la vie du jeune enfant que tu étais . L'alcool fait aussi ses victimes autour de lui, ne serait-ce que par ces souvenirs .Ta plume n'a pas changé, toujours aussi rebondissante .J'écris moins,le temps m'échappe !Bon WE à toi

    RépondreSupprimer
  17. l'enfance n'est pas toujours la période heureuse que l'on c rois, mais nous, nous avions ma Lina
    Bises mon poète

    RépondreSupprimer
  18. Vers Vous deux un rayon de soleil et d'amitié en ce dimanche !
    Au plaisir de te lire, Copain
    Alain

    RépondreSupprimer

  19. Je suis touchée par "ton violon"......J'aime l'entendre.

    Merci.

    Sourire de ta fée du lac....

    Et des bisous d'une MiNo.....

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour toi
    Et bisous à toi

    RépondreSupprimer
  21. Cœur de vie... cœur de mon cœur, de belles images, n'est-ce pas mon poète ?
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  22. parfois nous sommes impuissants face aux ravages de l'alcool
    mais c'est aussi bien de garder les bons souvenirs du proche parent
    gros bisous du soir et très belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à Toi, si loin et que je sens si près. Douceur du soir.

      Supprimer
  23. Bonsoir Liedich,

    L'alcool fut pendant de très nombreuses années le seul ami de ma mère. Malgré de nombreuses mise en garde et d'engueulades entre elle et moi, elle a perdu son combat en 2004. C'est pourquoi j'ai pour ce genre de boisson une certaine aversion, même si je me permets de lever mon verre 2 ou 3 fois dans l'année lors de grandes occasions.

    Bonne soirée... alcoolisée,
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je lève mon verre avec Toi, Renard. Mon amitié à Vous Deux.

      Supprimer
  24. Je suis passée te faire un petit coucou amical. Bises Liedich

    RépondreSupprimer
  25. Bonjour poète
    Le bouleversement OB s-annonce sur certains blogs, sans doute tu devras bientôt venir me voir à Eklablog, Tu viendras n'est-ce pas ?
    Bisous toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Où que tu puisses être, je te retrouverai espèce de Psycho Pétée... Bisous.

      Supprimer
  26. Petit coucou du jour
    je te souhaite une belle journée
    la mienne est maussade
    beaucoup de pluies depuis hier soir
    gros bisous du jeudi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien que le ciel se nettoie de temps en temps. Tiens, le soleil se lève. Je te sais rayonner. Ben foui. TI BO.

      Supprimer
  27. Je suis venue relire ce poème avec un plus de détachement que lorsque je l'ai découvert. C'est ce qu'il faut faire lorsque trop d'émotion empêche d'apprécier les mots. C'est vraiment de la belle écriture. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous êtes bien aimable Dame SIDO. Tout juste un peu d'émotion. TU comprends je le sais. Douce soirée à Toi.

      Supprimer
  28. C'était Sa Vie, et tu nous l'écris avec beaucoup d'émotion
    J'ai envie de dire quel gâchis .... si jeune et il avait pourtant tout pour être heureux, une épouse, des enfants......
    Vit-on vraiment sa vie, ou la subissons nous ?????

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. IL avait trente cinq ans... j'étais son enfant...
      Si, en plus de ton récit-poème, je regarde le tableau du père se trainant, ivre mort, entre sa femme et le petit garçon qui rechigne... cela me bouleverse mais tu sais (comme le fit Ariane) sublimer la tristesse... je suis toute heureuse! Oui!
      Nous t'embrassons,
      Ariane et La Source

      Supprimer
    2. Oui je prends les baisers. Oui je prends la vie. Parce que je la sais ailleurs. Comme je sais la prendre avec mon Reflet. ET Toi.
      Quant à vivre sa vie, oui, nous la vivons. Ainsi vont vont oui les petites traces de vie....
      " Mourir cela n'est rien mourir la belle affaire " comme disait mon Ami...

      Je vivrai toujours en votre coeur et j'aime cela.
      Bon soir.

      Supprimer
  29. Bonjour Monsieur Liedich. Je pense à vous , surtout quand je lis vos coms dans les articles des OB... et autres,
    Bon dimanche
    Ariane et Gigri

    RépondreSupprimer